Une vingtaine de magistrats des tribunaux du Togo participent depuis ce mardi a Lomé  à une session de Formation sur le Droit et la Protection internationales des Réfugiés. La rencontre a été ouverte par la Représentante Résidente au Togo  du Haut Commissariat aux Réfugiés  au cours dune cérémonie officielle.

Plusieurs modules ont été  abordés au cours de cette session de formation des acteurs de la justice  et qui  leurs permettront dans les prochains jours de dire davantage dune manière efficace le Droit dans le contexte des problèmes  liés aux réfugiés. Entre autres thèmes abordés, la dimension juridique de la protection  internationale des réfugiés, leurs droits et responsabilités,  de même  que les obligations des États parties à la Convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés.

Le Droit des réfugiés et le cadre normatif de l’asile au Togo ont constitué pour l’essentiel, les points d’attraction  des travaux. Déjà a l’ouverture de l’atelier, Mme Mariam DIALLO Représentante Résidente  au Togo de l’Organisation onusienne en charge des réfugiés a rappelé  l’objectif de cette rencontre notamment « outiller intellectuellement les  magistrats  sur le droit des réfugiés afin de garantir les droits de tous les réfugiés se trouvant sur le territoire national ».

Au cœur de la protection internationale des réfugiés, deux instruments majeurs  notamment le protocole de 1967 sont reconnus comme des instruments durables et qui constituent aujourd’hui la cheville ouvrière de cette protection. Une législation renforcée au plan africain par l’adoption de la convention  de l’Union  Africaine régissant  les aspects propres aux problèmes des réfugiés en Afrique depuis 1969. Le HCR préoccupé par la situation sociale des réfugiés reste fondamentalement attaché aux valeurs de dignité des peuples et de respect de leurs droits et par cette formation veut contribuer à prendre en compte les intérêts  des réfugiés  en matière des questions de justice.

La population  totale des réfugiés au Togo est estimée  à  environs 12 500 réfugiés  issues  de 14 nationalités selon le Haut Commissariat aux réfugiés. Pour cela cette structure par ces différentes actions veut contribuer davantage  dans la protection  juridique et l’amélioration durable de la situation des réfugiés  dans leur pays d’accueil. Les magistrats  à travers cette formation de deux jours devront  dès aujourd’hui  veiller a ce que le réfugié soit comme tout togolais  et que ses droits fondamentaux soient garanties et préservés
par la justice.

S. OURO SAMA