S’il ya un héritage que le processus démocratique est entrain de laisser aux Togolais, c’est la guerre que se livre quotidiennement son Opposition. Les Opposants Togolais adorent se combattre. Ils oublient leur adversaire naturel, le laissent de côté et livrent farouchement bataille à leurs « Amis » de l’Opposition ». Du jamais vu !

La Coutume est la même dans tout processus démocratique. Excepté le Togo. Peut-être. Tout Parti au Pouvoir combat tout parti de l’Opposition. Le Pouvoir en place analyse les forces et les faiblesses de tous les partis d’Opposition et cherche à les anéantir. Et L’Opposition de son côté profite des faiblesses du Régime et le combat. C’est ce qui s’enseigne. Au Togo la donne s’énonce autrement. Les Opposants Togolais s’évertuent à réactualiser les principes démocratiques universellement admis. « Opposant doit combattre farouchement son frère Opposant. »

Ce titre d’article retrouvé sur internet l’illustre bien : « Guerre fratricide entre l’ANC de Jean-Pierre Fabre et le PNP de Tikpi Atchadam à Sokodé ». Jean-Pierre Fabre est le Chef de file de l’Opposition et Président de l’ANC, l’Alliance Nationale pour le Changement. Tikpi Atchadam est le Président du PNP. Un des plus jeunes partis politiques du Togo. Atchadam est cet Opposant qui fait beaucoup parler de lui ces derniers jours sur le terrain Togolais. Il combat le Régime Gnassingbé. Certains de ses Amis de l’Opposition le supportent moins. Ils voient en lui un farouche adversaire. Alors « il faut le dénigrer, le combattre ». Des opposants racontent déjà sur les médias qu’il serait essoufflé bientôt. L’idéal peut-être aurait voulu qu’on l’approche et qu’on le soutienne. Mais on préfère rester à distance pour le fragiliser. Atchadam doit savoir qu’il a maintenant plusieurs adversaires. Le Régime en place et ses « Amis » de l’Opposition.

Atchadam n’est qu’un cas parmi tant d’autres.

17 Septembre 2006. Gilchrist Olympio, Président de l’UFC, Union des Forces de Changement sur RFI : « Nous, nous n’allons pas rentrer dans ce Gouvernement. Nous n’allons pas travailler avec les partis satellites du RPT ». Olympio parlait de Me Yawovi Agboyibor nommé premier Ministre 24 h plutôt. Samedi. Une déclaration qui fragilise Agboyibor et son parti le CAR. Il va collaborer avec le Régime. « Donc c’est un vendu, un Traitre ». Agboyibor foutu. La preuve. Un an plus tard, son parti qui avait obtenu 36 députés aux Législatives de 1994 n’en obtiendrait que 4 en 2007. Agboyibor combattu ou détruit non pas par le Régime mais par son frère Opposant Gilchrist Olympio.

26 Mai 2010. L’Opposant historique signe un Accord historique avec le Régime en place. Gilchrist Olympio a peut-être oublié ses propres propos d’il ya 4 ans. Lui qui avait traité les autres de partis satelites du « Diable »a jugé lui-même utile d’être ami et proche du « Diable ». Agboyibor ne lui retournera pas la monnaie puisqu’il est fini. Mais ce sont ses propres Lieutenants, Fabre, Patrcik Lawson, Isabel Améganvi et bien d’autres qui le détruisent dans la masse. On a failli en finir avec lui dans le sable aussi. Ce matin d’Avril 2010, son chauffeur avait certainement prié avant de prendre le volant. On le vilipende, on le dénigre, on le diabolise. Il est devenu ennemi de ses propres « fils spirituels ». Ses fils qu’il a nourris pendant des années au sens propre du terme. C’était un papa bien gentil. Il gâtait sérieusement « ses enfants ». Les enfants des voisins les enviaient. A chaque rentrée, ils avaient toujours de jolis sacs, de nouvelles belles chaussures. A chaque Noel ou fin d’année, de nouvelles tenues, des cadeaux de papa Noel et à chaque pâques, de nouvelles vestes. Ils étaient traités, mieux, soignés dans les meilleures cliniques du pays au frais du Vieux. Les voisins et leurs enfants les enviaient. Il leur donnait beaucoup d’argent. Ses « Fils » l’ont détruit politiquement. Il est fini. Son parti qui était deuxième aux Législatives de 2007 avec 27 Députés n’en obtiendra que 4 aux élections de 2013. Olympio n’avait qu’un seul adversaire, Eyadéma, son Fils Faure, mais depuis 2010, la liste s’est bien élargie. Ses « enfants adorés » qu’il chérissait tant se sont ajoutés à la liste. Et ils continuent de le combattre.

2010. Me Jean Yaovi Dégli de retour au Togo après 18 ans passés en exil. Le plus jeune Ministre de l’histoire du Togo (28 ans). 2011 : il rend public une idée. Le Front SAGE. L’initiative jugée merveilleuse d’un côté. De l’autre, on voit en lui un potentiel concurrent. Et on « saute » sur lui. « ce n’est pas avec nous que tu vas réaliser ton rêve ». Cela rappelle la situation de Joseph, fils de Jacob dans la Bible. Son malheur, c’est d’avoir raconté son rêve à ses frères. « Toi tu crois que tu vas régner sur nous tes grands frères ? ». Plusieurs opposants se disent « toi ce petit-là, nous, on va être ici et toi tu vas venir régner sur nous ? En tout cas c’est pas avec nous». A la plage, les Responsables de l’ANC l’ont suffisamment dénigré et l’ont assez traité de « bébé ». Dieu était avec Joseph.