La 74è journée des Nations Unies et le 30è anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) ont été célébrés ce 25 octobre 2019 à l’hôtel ONOMO de Lomé, par l’ensemble du Système des Nations Unies au Togo, le gouvernement togolais et le Syndicat National des Reporters d’Images du Togo (SYNRIT).

Droits de l’enfant

Au centre de cette célébration, une exposition de photos réalisées par le SYNRIT et dénommée « le Système des Nations Unies au Togo s’engage aux côtés du Togo pour aller plus loin ». Ces photos illustrent les réalités de l’enfance et les engagements des différentes agences onusiennes présentes au Togo auprès des enfants. « Pour chaque enfant, une enfance; Pour chaque enfant, une éducation; Pour chaque enfant, un pays en paix », ce sont là, quelques mots sur les photos, qui interpellent sur la nécessité de veiller aux droits des enfants. Et celà peut se résumer à : « Pour chaque enfant, tous les droits ».

Vernissage, visite de Damien MAMA

La convention relative aux droits des enfants est la convention la plus ratifiée en matière de défense des droits de l’homme. Le 7 mai 1990, le Togo a ratifié cette convention et fait partie des 11 premiers pays à le faire. Et depuis, avec l’appui des agences de l’ONU au Togo, beaucoup des progrès sont faits en matière de droits des enfants. C’est ce qu’a affirmé Damien MAMA, coordonnateur résident du Système des Nations Unies au Togo.

Droits de l’enfant

« Depuis l’adoption de cette convention, un grand chemin a été parcouru ici au Togo avec de nombreux progrès, mais aussi d’importants défis. Dans le domaine de la santé par exemple, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans, a connu une diminution remarquable, passant de 146 pour mille en 2000, à 71 pour mille en 2017, soit une diminution de plus de 51% sur la période 2000-2017. Quant au domaine de l’éducation, une avancée spectaculaire est enregistrée avec l’application des termes de la convention relative aux droits des enfants. De 2000 à 2018, le taux de scolarisation des enfants est passé de 57% à 93% ».

La mauvaise connaissance ou la mauvaise compréhension de la convention relative aux droits des enfants font que de nos jours, de très nombreux enfants sont encore victimes d’abus, de discrimination, d’exploitation, de conflits et de violences. Autant de situations qui leurs volent leur enfance.

En rappel, cette exposition photos se poursuit pour un mois à l’hôtel Onomo. Tout le monde y est invité.

Midohui Têko & Ali A.