Le 19 juillet 2019, Mélina SEYMOUR, fondatrice du Réseau International des Jeunes Leaders Francophones (RIJLF), présidente de Africa Mondo et coordinatrice générale du Mois de l’Histoire des Noirs en Afrique, se faisant porte-parole des femmes, des mères et des jeunes filles, a lancé un appel à toutes les nations africaines et a tous les Afro-descendants du Continent Noir, pour les exhorter à s’impliquer pour le Mois de l’Histoire des Noirs en Afrique, prévu pour se tenir en février 2020.

Célébré depuis bientôt 50 ans aux États-Unis, 33 ans au Royaume-Uni et 25 ans au Canada, le Mois de l’Histoire des Noirs sera célébré pour la première fois en Afrique du 1er au 29 février 2020. Le thème retenu est :  » L’apport du continent africain et des Afro-descendants dans l’économie mondiale « .

Ce thème renforce la conviction de Mélina SEYMOUR qui pense  » qu’il est temps pour nous de participer ensemble à un évènement international sur notre identité commune et son importance dans l’économie mondial  »

L’autre conviction de Mélina SEYMOUR est que, le Mois de l’Histoire des Noirs en Afrique porté par l’ONG Africa Mondo  » sera le témoin de notre réconciliation pour construire le présent et bâtir l’avenir sur des bases qui dépassent de loin l’esclavage auquel nous sommes perpétuellement rattachés  »

QUE NOUS FAUT-IL FAIRE ?

Comme toute nation qui se respecte, nous avons un devoir de mémoire et de rappel de l’histoire. C’est pourquoi le Mois de l’Histoire des Noirs en Afrique doit être un rendez-vous incontournable pour tisser les liens de l’espérance afin d’aller de l’avant sur tous les plans : économique, écologique, social, culturel ou scientifique.

À la toute première édition de cet événement aux États-Unis, le président Gérald Ford a appelé les Américains  » à saisir l’opportunité d’honorer les réussites trop longtemps négligées des Noirs Américains dans tous les domaines à travers notre histoire  »

C’est à raison que, cette première édition en Afrique doit s’inscrire d’emblée dans le présent, pour dessiner les contours économiques et solidaires de l’apport du continent noir dans le monde, pour les années à venir. Il faut que tous les États africains reconnaissent et inscrivent dans leur agenda, cet grand événement comme un phare, à l’instar des États-Unis, du Royaume-Uni et du Canada.

Alexandre Agbozoh-Guidih Rep. Nat. du RIJLF-Togo

C’est aussi pour ça que les États et les gouvernements africains doivent célébrer, reconnaître, honorer, valoriser et promouvoir tous leurs enfants de manière forte. Les premiers pays du continent à rentrer dans l’histoire à travers cet événement, permettront aux Afro-descendants du monde entier, d’être des symboles puissants qui ouvriront désormais tous les chemins du possible.

Pour rappel 10 pays du continent sont pressentis pour accueillir le Mois de l’Histoire des Noirs en Afrique en février 2020. Il s’agit du Bénin, du Burkina Faso, des Comores, de la Côte d’Ivoire, du Gabon, du Ghana, de la Guinée, du Sénégal, du Tchad et du Togo. D’autres pays comme le Cameroun ont manifesté leur intérêt pour l’événement.

Pour Alexandre Agbozoh-Guidih, représentant national  du RIJLF-Togo  » Notre Afrique a une histoire si puissante qui impose le respect à l’humanité. Nous devons durant notre vie travailler et œuvrer à faire de ce projet, une réalité pour une autre génération « .

Midohui & Ali