Les fléaux liés à l’environnement inquiètent les acteurs du septième art, ceci étant, la quatrième édition du festival du cinéma de Lomé (FESCILOM) s’est axé sur le thème « contribution du cinéma vert pour le développement durable ». Le lancement dudit festival s’est déroulé ce mercredi 19 avril 2017 à l’institut français de Lomé(Togo).

Le cinéma togolais prend à petit pas son essor et touche plusieurs domaines de la vie socioéconomique. Aujourd’hui on parle de développement durable avec un accent particulier sur l’environnement, ce qui voudrait dire qu’il faut poser un regard positif sur ce cinéma afin que ce dernier puisse mener à bien sa mission, bien sur celle qui joue le rôle de loisir et en même temps de sensibilisateur.

L’édition quatre de cette année ne traitera uniquement pas des films liés à l’environnement, pour le délégué du FESCILOM Joel Misseboukpo, il s’agit d’un festival classique et donc plusieurs films seront au rendez-vous abordant des sujets multiples, à savoir des films environnementaux , des films documentaires, des films éducatifs, des films fictions et voir des films économiques et politiques.

Quatre jours seront consacrés au septième art togolais et les trois grand thèmes retenus sont la promotion de l’énergie solaire, l’agro écologie et la sécurité ou la sureté alimentaire. Pour pérenniser l’évènement une vue plus large sera accordé par l’élaboration d’un document qui sera consulter par le ministère de l’environnement afin de servir pour la cause environnementale

Achiraf Ali