Ils attendaient une occasion pareille pour exprimer leur ras-le-bol et révolte face au coût exorbitant de la communication et des prestations fantaisistes en ce qui concerne le débit et qualité de l’internet au Togo. Ce public composé de plusieurs personnalités, des étudiants, des passionnés de technologie et des journalistes l’a craché sans langue de bois au cours de la 2è édition du forum des télécoms : un événement qui marque aussi la célébration de la 50è journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information conduite par l’Union Internationale des Télécoms (UIT). 

Participants au Forum

Ce forum initié par le Magazine Afrique IT et le Centre d’Etudes des Nouvelles Technologies et Énergies (CENTECH), avec la collaboration des institutions, à l’instar de la Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO (BIDC) vise à échanger avec la population à travers des panels de trouver des solutions relatives aux prestations des télécommunications pour un service de qualité au Togo.

Panelistes

Le Forum ouvert par Steve TEKO SOGODO, président du comité d’organisation et manager de CENTECH et de Steven DADJI, manager du magazine Afrique IT est axée sur le thème « Réduire l’écart en matière de normalisation » cas de nos institutions .

Un thème qui a fait réagir les participants aussitôt après une brève explication donnée par les experts panelistes : (Dr FIADJO, Directeur Général de la clinique Biassa, NOAGBODJI Ayikido, DT à Café Informatique, KOUDAHOUA Freddy, DC GVA, avec pour modérateur, Emmanuel SOGADJI, président de la Ligue Togolaise des Consommateurs (LTC)).

Autorités et participants

Selon eux , en matière de santé, de télécom ou de technologie, des normes s’imposent. La norme est un concept qui permet aux structures ou aux institutions de produire la qualité. La norme permet d’améliorer cette qualité aux fins de voir les bénéficiaires de services et produits de cette qualité, exprimer leur satisfaction.
En technologie par exemple, la norme exige que le même langage soit utilisé pour permettre les échanges ou la communication entre les systèmes. Parfois les normes se définissent en termes de certification, comme la norme ISO.
La préoccupation majeure du public est celle liée à la connexion, du coût de la communication, de la mauvaise qualité des services et du flou sur le passage à la 4G.
Des réponses plus ou moins satisfaisantes ont été données. Elles sont liées à l’ insuffisance de personnel et de matériels. Nos institutions disposent certes de personnels compétents mais en quantité insuffisante. Le manque de matériels est l’une des raisons évoquées car ils sont souvent très coûteux. La qualité allant avec le prix, ce ne sera pas évident d’imposer des prix exorbitants, en raison du niveau de vie assez bas des Togolais.

Panelistes

L’autre question est relative au Mobile Money, une rencontre entre la téléphonie et les institutions financières.

Ce panel a réuni Steven DADJI, Manager de Afrique IT, Christian KADANGA, Directeur Général de IADES, Hugues AWOOMEY-ZUNU, Directeur Général de HED, Malik GERALDO, Informaticien, Kofi ZIKPI, économiste à l’ARTP avec Nasser NAGBE, Directeur Général WICOM à la modération

L’assistance a été entretenue sur le fait que les banques hésitent encore à se lancer dans le Mobile Money. Elles considèrent qu’elle n’ont pas intérêt à se lancer dans le Mobile Money. Leur intérêt est plutôt dans leur partenariat avec les services de téléphonie mobile pour promouvoir leurs produits et services. Ou alors, le grand problème des banques est qu’elles n’ont pas vu venir la technologie, c’est à dire que c’est difficile pour les banques de cerner les contours de cette révolution. Elles ne veulent pas prendre de risques pour mettre en péril leur sécurité.

Soulignons que toutes les préoccupations des participants ont été soumis comme recommandations pour être renvoyé aux plus hautes autorités de ses institutions.

ALI & Midohui