Le cinéma dans sa globalité touche aujourd’hui les deux genres mais selon les études menées, les femmes sont faiblement représentées surtout dans le domaine de production ou de filmage. A travers le  Festival Africain des Femmes Cinéastes (FAFFCI) les initiateurs entendent faire des filles de meilleurs cinéastes pour être au même diapason que les hommes.

Officiel

En effet l’objectif ayant amené la Pépinière Internationale d’Acteurs de Cinématographie (PIAC) à l’organisation du Festival Africain des Femmes Cinéastes (FAFFCI), est de sensibiliser la gente féminine à  se donner au cinéma et à être aussi plus nombreuses derrière les caméras. Ainsi le mois de mars a été choisi pour abriter ce festival qui prend à cœur le besoin de dévoiler les talents cachés du sexe féminin à travers le septième Art.

C’est à travers une  formation aux métiers de l’art, sensibilisations à la cybercriminalité,ODD, aux changements climatiques,des notions de femme et politique, des projections de films sont entre autre les activités qui ont meublé ce festival. Soulignons que Ruben Monama est l’initiateur de ce festival qui  vu le lancement le lundi 19 mars 2018 avec plusieurs pays représentés à savoir

le Burkina Faso, le Bénin, le Togo, le Cameroun, le Gabon, la Côte d’Ivoire… A noter également que ce festival a vu le soutien de l’Ambassade du Brésil, et le Togo…Les modules techniques dispensés portent sur le son, l’éclairage, la réalisation, la mise en scène, le montage…

L’appel est lancé aux bonnes volontés de pouvoir assister aux moyens financiers et /ou techniques les projets et créations de femmes, le représentant de la commission de la CEDEAO présent à la cérémonie de lancement a rassuré de transmettre les doléances pour une issue favorable.

Le président de la Diaspora Africaine, citant la prouesse des femmes dans le cinéma nigérian, a exhorté les partenaires à tourner un regard responsable vers l’encouragement au développement de ce secteur porteur de devises, et stimulateur d’économies…
Et pour clôturer la cérémonie, le Directeur de la Cinétographie représentant le Ministre togolais de la Communication, de la Culture, des Sports et de la Formation Civique, a émis le vœu que le Festival Africain des Femmes Cinéastes (FAFFCI) soit perpétué et devienne à l’instar d’autres pays, un évènement capital.

renforçant la résilience des femmes contre la faim et la dépendance.

 

ce dernier se dit inspiré par l’amour à lui offert par sa maman, réprouvant les horreurs infligés à l’endroit de celles par qui le monde nait, s’est décidé à mener depuis mars 2017 cet aventure au lendemain incertain, de l’avis des mauvaises langues, mais poussé par son subconscient et cette relation mère-fils à mettre la main à la patte, pour apporter un brin de lumière dans l’environnement féminin.

Finalement les choses se sont précisées et
Petit à petit, de fil en aiguille, comme l’abeille maçonne de cire une alvéole, l’initiative a accouché de la première édition dont le lancement a été fait à Lomé le lundi 19 mars 2018 et a drainé un public cinématographique brassé.
Quatre jours d’activités qui déboucheront sur une déclaration de Lomé sur les femmes cinéastes élaborée au cours des « masterclass » tenus durant le festival, en destination aux autorités compétentes comme plaidoirie. On pouvait compter parmi les pays participants le Burkina Faso, le Bénin, le Togo, le Cameroun, le Gabon, la Côte d’Ivoire… avec le soutien de l’Ambassade du Brésil, et le Togo…Les modules techniques dispensés portent sur le son, l’éclairage, la réalisation, la mise en scène, le montage…
A l’appel lancé aux bonnes volontés de pouvoir assister aux moyens financiers et /ou techniques les projets et créations de femmes, le représentant de la commission de la CEDEAO présent à la cérémonie de lancement a rassuré de transmettre les doléances pour une issue favorable.
Le président de la Diaspora Africaine, citant la prouesse des femmes dans le cinéma nigérian, a exhorté les partenaires à tourner un regard responsable vers l’encouragement au développement de ce secteur porteur de devises, et stimulateur d’économies…
Et pour clôturer la cérémonie, le Directeur de la Cinétographie représentant le Ministre togolais de la Communication, de la Culture, des Sports et de la Formation Civique, a émis le vœu que le Festival Africain des Femmes Cinéastes (FAFFCI) soit perpétué et devienne à l’instar d’autres pays, un évènement capital et incluant les femmes.

Achiraf Ali