ARME marquage

L’État togolais par le biais de son ministère de la sécurité et de la protection civile lance un projet de haut niveau sur le marquage de toutes les armes du Togo. Le projet va durée deux ans et sera suivi par le centre des nations pour la paix et le désarmement en Afrique(UNREC)

 L’arme  que vous voyez (photo) vient d’être marquée  par le  ministre de la sécurité et de la protection civile le colonel Yark Damehane lui-même ce jeudi 18 mai 2017. C’est une arme de type AK-47  ou Kalachnikov  de calibre 7,62  mm et de longueur 414mm servant généralement dans les guerres ou de chasse dont  l’armée ou toute personne ayant l’autorisation légale peut la posséder.

C’est un coup d’essai que le ministre a donné mais qui sera exécuté  sur toute l’étendu du territoire national ceci pendant deux bonne années.  Il s’agit  pour le gouvernement togolais de mettre en application  le point 16  des objectifs de développement durable qui stipule la promotion de sociétés pacifiques et inclusives pour le développement et la réduction nette d’ici 2030 du trafic d’armes sur toutes formes  de criminalité organisée.

En prenant cette initiative de marquer ces armes, le  Togo est dans la droite ligne du respect des engagements pris lors de la signature de la convention de la CEDEAO sur les armes légères et petits calibre, également permet de faire la traçabilité de leurs provenances à indiqué IGE Olatokunbo, directrice du Centre Régional des nations Unies pour la Paix et le Désarmement en Afrique(UNREC).

Pour le ministre de la sécurité Yark Damehane, les armes circulent bel et bien au Togo. « en 2014, il a été initié un projet similaire dont la première phase a été réalisée avec l’appui financier de la république fédérale d’Allemagne et la deuxième sur fond propre du gouvernement ». Dans cette opération « 9064  armes ont été marquée » a-t-il indiqué

 Le marquage des armes n’est pas le seul objectif dudit projet, l’autre exercice est la réhabilitation et sécurisation des magasins  servant de stockage d’armes et de munitions, les agents seront formés à cet effet, ce qui va renforcer non seulement la sécurité mais aussi la paix dans la sous région.

Ali Achiraf