Fin vendredi de l’atelier régional sur l’amélioration de l’employabilité des jeunes aux métiers du rail

Ouvert depuis le 10 avril 2018, l’atelier régional sur l’amélioration de l’employabilité des jeunes aux métiers du rail, sous la présidence du ministre des infrastructures et des transports, Ninsao Gnofam, représentant le premier ministre Klassou Sélom, a pris fin ce vendredi 13 avril 2018. C’est un projet de politiques de développement porté par les espaces économiques de la sous-région dont la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest CEDEAO, l’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine UEMOA et le Conseil de l’Entente, dans le contexte de la Boucle Ferroviaire.

Selon Ninsao Gnofam, l’étude de renforcement de l’employabilité des jeunes dans les métiers du rail, est un projet qui va résorber non seulement les problèmes de chômage, mais aussi ceux de la sécurité interne des États.

Pour Docteur Patrice Kouamé, secrétaire exécutif du Conseil de l’Entente, ce secteur est un important gisement d’emplois, d’où la nécessité vers le renforcement de capacité , et l’implantation de centres d’excellence de formation pour les métiers de la route, du rail et des mines.
Le directeur général du Centre Régional de Formation pour Entretien Routier CERFER, Ouro-Djobo Sama  a pour sa part souligné l’espoir que suscite un tel projet pour les populations, tant dans les besoins de transport des personnes que pour l’acheminement des marchandises. Son développement est aussi au cœur des enjeux environnementaux.

Le transport en général est le premier secteur d’activité responsable du tiers des émissions de gaz à effet de serre, le rail ne représente que 2% de l’énergie consommée, et 0,08% de CO2 émis par le secteur des transports pour 10% des trafics. C’est donc le mode de transport le plus économique en énergie fossile et le moins polluant.

Paul Têko