Le partage des expériences et stratégies pour l’éradication du paludisme dans les pays endémiques, sont les principaux leitmotivs qui sous-tendent l’organisation du deuxième symposium Chine-Afrique pour la lutte contre le paludisme.

Cet événement a été organisé par le ministère togolais en charge de la santé publique, en collaboration avec l’Université de Médecine Traditionnelle Chinoise de Guangzhou, de la République Populaire de Chine.

Cette rencontre a enregistré la présence des autorités en charge de la santé des deux pays dont Awoussi Ossinou secrétaire général du ministère de la santé, Chao Weidon actuel ambassadeur de la république populaire de Chine au Togo, Dr Fouad Mouhadji ancien vice-président des Comores, et M. Zhu Haidong directement adjoint de la cooperation internationale de la médecine traditionnelle chinoise.

Selon le docteur ATCHA-OBOU Tinah coodonateur du programme national du lutte contre le paludisme, le projet pilote du FEMSE a été mise en place au Togo dans le district de l’est-mono. Et après la mise sous traitement des populations, au moins une baisse de 40% du taux de mortalité a été constaté au bout de six mois.

En effet les scientifiques de l’Université de Médecine Traditionnelle Chinoise de Guangzhou ont mis en œuvre la stratégie FEMSE (Fast Elimination of Malaria by Source Eradication) qui est un système de contrôle et d’Elimination Rapide du Paludisme. Ce processus de traitement de masse consiste à la prise de l’artéquick qui est une combinaison des molécules de l’Artémisine et de la Pipéraquine ayant une action rapide et à courte durée dans le traitement.

Désiré KOSSI.