La session des ministres de cette 4ème réunion du Marché Unique du Transport Aérien Africain  ( MUTAA) s’est ouverte ce lundi 28 mai à lomé sous la présidence du chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé.

L’objectif dudit marché qui porte sur l’agenda 20-63 de l’union africaine est de booster le continent africain dans un élan vers un développement économique harmonieux,durable et vers l’émergence a indiqué le président de l’aviation le col. Gnama Latta au cours de la session des experts tenue le 25 mai dernier.

Le MUTAA qui au départ était composé de 23 pays à vu le nombre augmenter de  26  avec l’entrée de la Gambie de la république centrafricaine et du Tchad rappelé par Moussa Faki , président de la commission de l’union africaine  dans son allocution d’ouverture de la session qui se tien ce lundi.

L’avancée du MUTAA est un atout majeur dans  l’espace régional. Le rendre  effectif est une responsabilitéde tous les Etats membres.

Une question se pose dès lors de comment procéder pour que ce marché soit une parfaite réussite et de profit?

A cette interrogation des réflexions sont tournées vers le champion(FAURE GNASSINGBÉ ) qui a fait du port de lomé une parfaite illustration sur  le continent africain.

Le mutaa est porté sur les fonds baptismaux le 28 janvier 2018 à Addis-Abeba par les éminents chef d’états Africains.

Soulignons  que Grâce à ce marché qui accorde des avantages en terme de coopération entre les compagnies , de création d’emplois pour les jeunes( environ 300.000 emplois) et développement économique soit 1.3 milliards de dollars, autre avantage, la diminution des prix des billets de vols et toute concurrence dans le domaine du transport aérien sera un défie.

Achiraf Ali