Claude Etoughe, créatrice de mode Gabonaise, fille d’Etoughe Laurent et Lauanga val Thèrèse. Natif du village Essassa à Libreville, Gabon, elle crée sa marque « Nous fashion ».  Claude est membre du bureau exécutif de la fédération GX African Designer et présidente de la GX Gabon dont la vision est de fédérer des actions pour porter haut la mode africaine et organiser des actions communes. Elle invite tous les stylistes africains à être unit pour le développement de la mode africaine.

Bonjour Claude Ethouge, Présenter nous  votre marque et votre collection?

Ma marque c’est « Nous fashion »  et ma  collection c’est « le bal des sirènes »

Pourquoi nous fashion ?

« Nous» a pour but   d’habiller la clientèle d’ici et d’ailleurs.

« Nous »  également intervient dans tous les domaines : Robes de mariée, robes de soirée,  de gala, tenues de mariage coutumier, tenues d’hôtesses, Les bleus de travail, les draps de lit, les rideaux de maison et bureau et tout ce qui pourrait servir à la vie quotidienne.

« Nous » a la vision de  conquérir le marché national et s’élargir à l’international.

« Le bal des sirènes » Qu’est ce qui se cache derrière ce nom ?

 Ma collection « le bal des sirènes », je tiens à préciser que Claude crée selon ses humeurs (rire). J’étais d’humeur océanique et voilà le bal des sirènes avec des couleurs bleues  roi le bleu turquoise et bleu ciel. Les sirènes, c’est des créatures uniques et quant on dit  sirène,  c’est la beauté. C’est pourquoi quant on veut apprécier une femme, on dit qu’elle est belle comme une sirène. J’ai voulu ressortir le coté beauté qui est en moi, puis de toute les belles femmes du monde en leur dédicaçant cette collection.

Qu’est ce qui vous a attiré vers le Togo ?

C’est La mode 228, Le festival international de mode 228 de mon jeune frère  Jacques Logoh que fais un clin d’œil au passage

 

Dites nous,  comment êtes vous arrivé au métier de la mode ?

Je connais mon déclic a 6ans, et c’est naturellement que je m’oriente le moment venus dans une école de mode et en sors en 1998 près pour le  défi de carrière que je me suis choisi.

De 2000 en 2003  j’affirme  ma technique en passant par un stage professionnel chez  Djamil couture. L’année 2003 fut alors mon année honorifique.

En cette  année, ce fut ma participation au concours des jeunes créateurs organisé par l’agence Top mannequin où  j’ai remporté le premier prix.

Ce fut là, le début de ma carrière de styliste, le début de ma grande histoire d’amour avec la mode

Qu’est ce qui fait la différence entre ton travail et celui des autres ?

J’apporte une particularité en m’accentuant  sur les finissions et j’aime bien les petits détails comme les paillettes les dentelles etc.

Quelle relation entretenez-vous avec les stylistes de votre pays et puis d’ailleurs ?

Ma relation est très joviale, je respecte mes aînés‚ et je respecte aussi mes jeunes frères styliste car le respect est divin ‚ ceux qui me côtoye ne feront que du bon témoignage sur moi

Quel est l’événement qui vous a le plus marqué votre carrière ?

C’est Le concours des jeunes créateurs surtout l’heure de la délibération .Quant on passe un concours, c’est le stress, on se demande est ce  que… voilà vous devinez déjà. Ce qui m’a marqué,  c’est quand le jury  qui a commencé par faire le décompte à partir de la troisième personne, j’ai commencé par paniquer, ensuite la deuxième personne et du coup je me suis dis l’espoir est perdu. Et  quand j’entends crier sur le podium Claude Etoughe, j’ai même manqué une marche, j’ai trébuché parce que  jetais tellement heureuse d’aller prendre le trophée. Ce fut un moment inoubliable.

Y a t-il  des personnes ou stylistes à qui vous avez une grande considération dans le monde de la mode ?

Mon coup de cœur de la mode est chouchou lazare, il est le plafond de la mode gabonaise et le promoteur du fashion show chou et des Awards de la mode Gabonaise.

En dehors de vos succès, quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans votre activité ?

Les difficultés sont presque les mêmes chez tous les créateurs. Parce que, quand  tu veux vivre de  ton art, c’est un peu compliqué. Les évènements nous donnent certes la  visibilité mais pas  coté finance

Votre mot de fin

Je remercie ma famille mes amis et  tout ceux qui me suivent de loin et de près, merci de croire en moi. Clin d’œil spécial a mon adorable clientèle.

A Mme Meyer (ma grand mère) qui ma conduite vers une école de mode. Merci à Bouba pour avoir fait de moi la femme dynamique que je suis, merci au journal en ligne Africa talents.

 Joindre Claude Etoughe à l’adresse:

Gabon : Libreville quartier lalala,  numéro de téléphone 0024106455442

Facebook: claude etoughe

Mail: nousfashionbyclaude@gmail.com