Eliada microfinance a tenu son assemblée générale ordinaire ce 10 juin 2019 à Lomé, pour présenter à ses membres et partenaires les rapports financier et moral de l’exercice 2018 de ses activités.

Ils étaient plusieurs centaines de membres, hommes et femmes de diverses secteurs d’activité, à participer à l’Assemblée générale ordinaire de leur institution de microfinance. Avant que les responsables de Eliada microfinance leur présente les deux rapports des activités menées en 2018, ces membres ont été formés sur la meilleure gestion de leurs activités à travers l’épargne. Le thème retenu est :  » Contrôle et suivi de l’épargne.  »

Disposant de 2 agences, celle de Bè et celle d’Agoè, Eliada microfinance a su s’imposer sur le terrain grâce à ses services souples et un taux d’intérêt faible qu’elle applique sur les prêts qu’elle octroie. Ainsi, elle enregistre des adhésions rapides, et elle a doublé l’effectif de ses membres, passant de 4682 membres en 2014 à plus 9000, en 2018. Il en ressort un bilan positif comme l’explique APALOO Kodjovi, directeur général de Eliada microfinance :

 » C’est une satisfaction totale puisque l’objectif premier, c’est la mobilisation de l’épargne, et arriver à satisfaire les besoins de nos membres. Ce qui est fait. Quand nous voyons en 2018 d’après le rapport financier, le total de crédit octroyé est de plus 3 milliards pour les 2 agences seulement, et plus de 10.000 dossiers ont été satisfaits  »

La force et la fierté d’Eliada est aussi sa capacité de former, d’informer et de sensibiliser régulièrement ses membres, de participer aux séminaires organisés par les organes de réglementation comme la CAS-IMEC. Le conseil d’administration se réunit très souvent pour suivre et orienter les décisions. En plus de ses performances que même les membres apprécient, Eliada microfinance vise la première place sur le classement des microfinances au Togo. Armel OUABA, chargé de communication à Eliada microfinance l’a exprimé :

 » Le bilan, il est positif, même en terme d’adhérents. Nos relations avec les membres, les structures en charge de la réglementation du secteur de la microfinance et les banques sont au beau fixe. Comme nous sommes des éternels insatisfaits à Eliada microfinance, beaucoup de choses restent à corriger. Notre ambition est de devenir la première microfinance, du moins au Togo  »

Malgré les difficultés rencontrées par Eliada microfinance, comme les problèmes de recouvrement ou le détournement des objets de crédit, elle a de nobles et légitimes perspectives. Interconnecter les 2 agences ou digitaliser les moyens de collecte de l’épargne sur le terrain, sont les buts vers lesquels tend Eliada microfinance.

Midohui Têko