« La culture, c’est tout ce qui nous reste lorsqu’on a tout perdu », c’est en ces termes que le directeur régional des arts et de la culture de Blitta a rappelé le rôle et la valeur de la culture au sein d’une société. Ce qui ouvre officiellement pour deux jours devant les « 4 pays invités et le TOGO», la deuxième édition du festival les saisons contées mercredi 24  juillet 2019 après une semaine de formation au centre culturel et de conférence de Blitta.

En pleine scène

Située dans la région centrale à 266.5Km de Lomé, la ville de Blitta fait partie intégrante des villes  qui regorgent en leur sein de patrimoines qui nécessitent d’être valorisé et sauvegardé. 

Ayant pris conscience de la dégradation des valeurs culturelles qui sont fortement influencées par la culture occidentale, AR’ZIKI, une association culturelle basée à Blitta veut sauvegarder le patrimoine culturel, celui de sa localité à travers des soirées spectacles de contes et Théâtre de l’Imprévu  comme vécus  à l’époque de nos grands et arrières parents  qui transmettaient de bouche à oreille l’histoire de l’Afrique autour du feu ou au clair de lune. Il s’agit aussi pour l’association coiffée par Rachid Bikara alias Rachid le Peroquet, promoteur dudit festival  de renforcer les capacités des jeunes amateurs togolais et africains  amoureux des contes et légendes des peuples noirs. C’est à travers des formations en art oratoire ainsi que d’autres exercices pratiques coachés par des experts qui pour certains sont arrivés spécialement de la France pour la noble cause.

Directeur régional des arts et Culture devant les acteurs

Amélie ARMAO, venue de France, est  très contente d’être au Togo, grâce au promoteur du festival les saisons contées et étant expert du domaine elle apporte un plus aux jeunes acteurs, amateurs et professionnels sur plusieurs interventions dans la réussite des prestations.

  Suite à la réussite de la première Édition, l’année dernière , le festival qui était national a pris une ampleur internationale à la deuxième édition cette année grâce   surtout aux informations diffusées sur les réseaux sociaux  et la participation des pays comme le  Benin, la  Côte d’Ivoire, le Mali  et le Togo et la France,.. Je suis là suite à l’appel de Rachid  souligne Amélie

Amélie Armao (de France)

Dans ses propos à l’ouverture, Alizim badovalou karka, DRAC de Blitta représentant le ministre de la Culture du tourisme et des loisirs a souligné que les autorités accordent une large place aux patrimoines du Togo. Et ce festival tout comme les actions publiques contribuent au processus de décentralisation enclenché par le chef de l’Etat et contribuent à la sauvegarde, la protection et la promotion du patrimoine culturel matériel et immatériel. De prestations en conférences et de conférences en prestations celà a suscité un engouement chez les jeunes apprenants  des quatre coins du Togo et d’ailleurs qui veulent savoir davantage sur leur histoire, de leur instant présent et de l’histoire  des générations à venir

En Scène

 Après une longue prestation axée sur des histoires de l’homme et de son environnement, de la forêt et des animaux, on s’interroge sur le titre de cette scène qui  a retenu le souffle  du public Jeudi 25 juillet, jour de l’apothéose  et qui a suscité une réaction de Alizim Karka, directeur régional des  arts et de  la culture (DRAC), représentant le ministre de tutelle à inviter les uns les autres à valoriser ce secteur (conte) qui permet aux enfants selon lui de connaitre le bien et de tirer des leçons de morale dans leur vie 

 

Pour Amélie  ARMAO ( théâtre de L’Imprevu de la France, le titre « Pourquoi ?» , Parce que c’est comme ça le monde, c’est comme ça qu’on commence à parler.

Dans la salle de spectacle

Pourquoi on fait les bébés, comment ça marche, dès que l’enfant à l’âge de 3ans, il commence par poser des questions , c’est aussi la naissance des contes et histoires, on a essayé de donner des réponses à ces questions et surtout on a essayé de construire l’histoire de cette petite fille qui va chercher le pourquoi du Cœur.(SUIVRE LA SCÈNE THÉÂTRALE  TRÈS BIENTÔT DANS NOTRE NOUVELLE PUBLICATION).

C’est avec satisfaction que la deuxième Édition du festival « Saisons  Contées » s’est tenue,  une ambiance amicale et collégiale avec  les pays voisins et les médias partenaires  tels  RTV AFRICA TALENTS( www.africa-talents.com)  et GHOTTA TV, nos amis artistes conteurs, nos deux formatrices (Amélie de France et  Bacome NIAMBA formatrice en chorégraphie, professeur à l’INSAAC de Abidjan, directrice de la Compagnie LAGODZI).

Rachid le Peroquet, promoteur du Festival

 Au début, c’était une initiation dans l’art oratoire et des contes dans les quartiers. Avec la demande, le temps dans la création a été prolongé. De 10, les comédiens sont passés à 28 .

Photo de groupe avec les auteurs et officiels

De beaux souvenirs une semaine d’initiation et renforcement des capacités de beaux spéciales…sans oublier la bénédiction de la dame nature(pluie) resteront gravés dans l’histoire de l’édition 2 des saisons contées de Blitta.

Le Sourire avec les médias…

Rendez-vous l’année prochaine pour une nouvelle aventure des contes africaines.

 

Achiraf Ali