« Le matériel utilisé sur les patients n’est jamais périmé, s’il y’a eu des morts c’est dû à autres causes » a indiqué le professeur DOSSIM ASSANG Michel doyen de la facultés des sciences à l’université de Lomé et Président de la SOTOCOT  au cours d’une interview lors de l’ouverture des deuxièmes  journées de la société togolaise de chirurgie orthopédique et traumatologique (SOTOCOT).

A l’occasion des deuxièmes  journées de la société togolaise de chirurgie orthopédique et traumatologique ouvertes ce samedi 27 octobre  ( après les premières tenues en janvier  2017) plusieurs orthopédistes universitaires venus du Sénégal Burkina Faso, du bénin, du Tchad du Gabon et de la France ont planché sur la nécessité d’améliorer la prise en charge des patients traumatisés.

Ouverture aux 2èmes journées des SOTOCOT

C’est dans cette optique que les unités de soins ont été renforcé ces derniers jours dans certains centre hospitaliers publics , le cas le plus récent est la subvention de l’arthroscopie au CHU SYLVANUS OLYMPIO pour le traitement des maux au niveau des articulations à savoir genou hanches poignets…

Il est bien vrai que les chirurgiens viennent au secours des patients qui souffrent de traumatisme et la plus part lié aux activités  exercés par ces derniers, une réalité accrue abservée chez les conducteurs routiers  avec laugmentation du parc automobile. ce domaine  constitueerait des lors un defis à relever  d’où le thème du congrès  » les urgences traumatologiques ».

A la question du  journaliste  »

Est ce qu’il y a des implants périmés utilisés sur les patients au cours des opérations chirurgicales au chu sylvanus?

Professeur DOSSIM ASSANG Michel doyen de la facultés des sciences à l’université de Lomé  et Président de la SOTOCOT présent à l’ouverture de ce congrès  lève le voile:

 » nous utilisons du matériel inerte, c’est du métal, le métal c’est l’acier inoxydable, donc il ne périme jamais mais il y’a une péremption économique, commercial c’est à dire que dans les pays évolués lorsque vous déclarez un matériel inapte ou bien dégradé ou périmé on accepte que vous le vendez à moins chère  parce-qu’on  a dit perimé ».

 

Il souligne que  » l’acier, le métal ne se périme jamais.  Quand on met le matériel dans le corps de l’homme  d’abord il est bien compatible ça veut dire que le corps l’accepte pour toute ça vie or le matériel périmé c’est deux, trois mois ».

Et pour finir il insiste que s’il y’a des morts alors cela est dû à d’autres causes.

« Je  rassure la population et tout le monde s’est que le matériel inoxydable ne se périme jamais c’est la matière biologique les étiquettes qui se périment, qu’il faut renouveler »  a t-il conclus

 

Achiraf Ali