Les antibiotiques utilisés à tort deviennent moins efficace

Et si les antibiotiques perdaient toute efficacité ? Des infections courantes aujourd’hui facilement prises en charge redeviendraient mortelles (plaie cutanée, pneumonie, diarrhée, infection urinaire, chaude pisse etc..). D’ici 2050 si rien n’est fait, près de 10 millions de personnes/an pourraient décéder des suites d’une infection, parfois banale, mais impossible à soigner. En cause, l’apparition de super-bactéries qui font de la résistance aux antibiotiques en développant des systèmes de défense.
Les antibiotiques sont l’arme la plus puissante pour traiter les infections bactériennes ; mais à force d’en abuser, ces médicaments perdent de leur efficacité informe ce vendredi 23 novembre au cours d’un entretien où  Ali Achiraf journaliste  à la radio metropolys recevait  Dr HAINGA Passama Achille, Secrétaire Général de l’ordre national des pharmaciens du Togo.  Selon lui les bactéries ont appris à s’en défendre.

 

Les résistances bactériennes compliquent le traitement des infections ; elles peuvent frapper n’importe qui, n’importe quand et dans tous les pays.

Dans son intervention il a souligné que Les microbes sont de petits organismes vivants qui peuvent vous rendre malades. Il existe de nombreux types de microbes. Certains microbes portent le nom de virus et d’autres le nom de bactérie. Par contre les virus sont des parasites qui pénètrent et détruisent vos cellules .Ils sont toujours néfastes pour votre organisme. Exemples d’affections virales courantes : les oreillons, la varicelle.
Poir Les bactéries, ce sont des êtres vivants à part entière. Contrairement aux virus, les bactéries ne sont pas toujours néfastes, certaines sont très utiles pour l’organisme : l’intestin comporte plusieurs milliards de bactéries indispensables à la digestion. D’autres sont au contraire pathogènes et peuvent être responsables de nombreuses maladies.
L’infection est la maladie causée par l’invasion des microbes dans un organisme.
Les antibiotiques sont des médicaments capables de tuer les bactéries (bactéricides) ou de stopper leur multiplication (bactériostatiques).
L’antibio-résistance est la capacité que possède une bactérie à s’opposer à l’action d’un antibiotique.

 

La résistance aux antibiotiques (ATB) est liée à plusieurs causes selon les sources de la médecine à savoir:

Surconsommation des ATB
Non-respect de la durée de traitement
Non-respect de la posologie
Utilisation inadéquate et anarchique des ATB
Utilisation des médicaments de la rue
Conséquences de la résistance aux ATB :
– aggravation et complication de la maladie
– une prolongation de la durée de l’hospitalisation,
– des soins plus coûteux
– un risque de mortalité plus élevé
– risques de propagation de la bactérie résistante au sein de la communauté

Quelles sont les Conduites à tenir?

Face à ce fléau mondial que pouvons-nous faire en pharmacie ?
– Ne délivrer des antibiotiques que si le patient a une ordonnance valable (à expliquer)
– Rappeler au patient le respect de la dose et de la durée du traitement prescrit et de ne pas arrêter le traitement prématurément si son état s’améliore, pour tuer toutes bactéries responsables de l’infection.
– Parler au patient de la façon correcte de prendre les antibiotiques, des résistances et des dangers d’un usage abusif (prendre les ATB 1h avant ou 2h après le repas sauf la CEFUROXIME qui doit être prise au cours des repas)
– Ne jamais prendre un antibiotique qui ne lui a pas été prescrit pour sa situation actuelle. Donc ne pas prendre l’antibiotique d’un autre membre de la famille, ni reprendre un antibiotique qui lui a pas été prescrit lors d’une précédente maladie.
– Conseiller de ne pas boire l’alcool et le jus de pamplemousse pendant un traitement antibiotique.
– Rappeler au patient de consulter son médecin si les symptômes persistent ou si les effets secondaires apparaissent : éruption cutanée, diarrhée persistante, tendinites, bourdonnement d’oreille, vertiges etc…. (à expliquer)
– Expliquer que les antibiotiques ne sont pas nécessaires pour traiter une maladie virale (ex : une grippe, une varicelle…) sauf en cas de surinfection bactérienne
– Rappeler les principes d’hygiène pour réduire la propagation des germes : se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon avant de manger ou de toucher aux aliments, après avoir été aux toilettes, utiliser des gants pour soigner les plaies d’un proche, se couvrir le nez et la bouche pour éternuer, utiliser des préservatifs lors de relations sexuelles à risque.
– lutter contre le péril fécal (à expliquer)
– utiliser de l’eau potable (attention à l’eau de forage, eau en sachet)
– Conseiller d’être à jour dans ses vaccinations.
La préservation de l’efficacité des antibiotiques est l’affaire de chacun !

 

La rédaction