Le ministre de la sécurité et de la protection civile Yark Damehame a procédé mardi 5 novembre à Lomé, au lancement officiel de la distribution du nouveau registre de garde à vue à toutes les unités d’enquête sur le territoire national.

Il s’agit du Système d’Informations des Polices d’Afrique de l’Ouest (SYPAO), un registre conforme aux lignes directrices sur les conditions d’arrestation et de garde à vue en Afrique, adoptées par la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.

La cérémonie de remise s’est déroulée dans les locaux du ministère de la sécurité et de la protection civile en présence de Christina Barreira, cheffe de mission de l’Union Européenne au Togo, partenaire pour la conception du nouveau registre de garde à vue.

Il est donc conforme aux lignes directrices de Luanda adoptées en Angola en 2014. L’article 53 du code de procédure pénale prévoit comme une des règles essentielles pour une bonne exécution de la garde à vue, que :  » Dans tout local de police susceptible de recevoir une personne gardée à vue, il sera tenu un registre spécial sur lequel figurera le nom et le(s) prénom(s) de la personne gardée à vue, le jour et l’heure de son entrée, le jour et l’heure de sa sortie. Ces mentions seront émargées par l’intéressé. En cas de refus, ou d’impossibilité de signer, il en sera fait mention sur le registre « .

Dédji Mensah Awoh, commissaire divisionnaire de police explique que  » ce nouveau registre a été créé pour résoudre les problèmes liés à la garde à vue et va se conformer au code de procédure pénale et aux lignes directrices sur les conditions d’arrestation.

Édité en 400 exemplaires, ce nouveau registre de garde à vue sera mis à la disposition de toutes les unités d’enquête du Togo.

Midohui Têko