Les femmes soignantes de l’hôpital de Bè, ont célébré la journée internationale de la femme ce 8 mars 2019, dans une ambiance chaleureuse, conviviale et festive digne des grands jours.

Officiel

Pour la première fois au Centre Hospitalier Régional de Bè, la journée internationale de la femme a été célébrée. Une première, dans l’histoire de cet hôpital qui laissera plus d’une femme fières et heureuses.

Réjouissance

Majoritaire parmi le personnel soignant de l’hôpital de Bè dirigé par une femme, ces braves dames ont tenu à organisé ce grand événement pour renforcer les liens qui les rapprochent : être soudées et unies pour donner les meilleurs soins à leurs patients. C’est l’orientation donnée à la célébration du 8 mars par les femmes de l’hôpital de Bè, selon Adjeh Assoupi directrice du CHR de Bè.

« Cet événement qui est une première dans l’histoire de l’hôpital de Bè, nous permet de nous solidariser, de faire union entre les femmes, pour que le travail marché »

Femmes du CHR de Bè

Entre musique, chant, danse et humour, les femmes de l’hôpital de Bè ont eu tous les choix pour s’éclater. Elles ont chanté, dansé, défilé en leur propre honneur et pour faire plaisir aux messieurs présents pour la circonstance. Pour oublier un peu leur quotidien de travail à l’hôpital et à la maison, cette journée internationale de la femme était idéale. Dans leur rôle de soignantes, d’épouses et de mères qui travaillent sans cesse, il était nécessaire de rompre un peu avec le vécu quotidien et de s’amuser, comme l’exprime Kenao Marie, chargée à l’organisation de la célébration de la journée internationale de la femme, de l’hôpital de Bè.

« Nous avons émis l’idée qu’on s’organise cette année pour se défouler, pour se déstresser, car une femme qui travaille est stressée à la maison, stressée dans son lieu de travail. Nous avons aussi formulé des vœux et des suggestions à l’endroit de nos responsables ».

Femmes du CHR de Bè

Pour cette journée spéciale dédiée aux femmes du monde entier, les doléances posées par les femmes de l’hôpital de Bè, seront très vite prises en compte si les moyens sont disponibles. C’est la promesse faite par la directrice du centre.

 

La rédaction