Catégories

LayerSlider encountered a problem while it tried to show your slider.Please make sure that you've used the right shortcode or method to insert the slider, and check if the corresponding slider exists and it wasn't deleted previously.
17 janvier 2021

On est journaliste, ou on ne l’est pas

Demandez à un groupe de jeunes journalistes, que ce soit à Nairobi au Kenya ou dans la ville portuaire allemande de Hambourg, connue pour son abondance de maisons de presse, pourquoi ils ont choisi une profession qui paie mal et les met dans la ligne de mire ; et la majorité répondra qu’ils veulent rendre le monde meilleur.

Il n’y a rien de mal à cela. Nous voulons tous moins de conflits armés, de tensions tribales, de faim, de populisme et de corruption. La question décisive est de savoir comment on définit son propre rôle dans les médias : si on se laisse guider par ses convictions politiques ou religieuses, ou par la recherche de la vérité. Il y a aussi le besoin de proposer une direction dans un monde qui semble s’emballer de plus en plus chaque jour.

La pandémie a montré l’importance d’avoir une boussole éthique en tant que journaliste. Et la covid-19 a souligné l’importance de vérifier les nouvelles provenant de différentes sources, de vérifier les “faits”. Elle a montré combien il est important d’être un journaliste qui sait de quoi il parle. Vous êtes peut-être un bon présentateur, mais vous ne pouvez pas nécessairement expliquer une grippe de manière exhaustive. Ou bien vous êtes un bon journaliste de santé, dont le salaire est couvert par un philanthrope américain, qui ne voit le journalisme que comme un outil de lutte contre le paludisme et le virus Ebola. Mais à moins que le journalisme ne soit holistique et n’inclue des aspects tels que la politique et les affaires, même le meilleur journalisme de santé ne répondra pas aux attentes des lecteurs.
Les lecteurs et les auditeurs ne savent peut-être pas que les journalistes qui prennent leur travail au sérieux doivent sans cesse faire des choix. Ils doivent décider jour après jour quelles nouvelles mettre en première page, quelles pistes suivre et comment commenter un développement politique. Idéalement, ils se demandent quotidiennement s’ils ne font que refléter les opinions des personnes sur lesquelles ils ont écrit ou s’ils suivent d’abord leurs convictions.

Les journalistes ne sont pas de meilleurs êtres humains que le reste d’entre nous, mais ils portent une plus grande responsabilité que les autres. Leurs reportages peuvent influencer les opinions et même les élections ; ils peuvent susciter des tensions et causer des ravages. Leurs choix affectent souvent la vie des gens de manière existentielle.

Il y a par exemple un reporter allemand qui a couvert les meurtres au Rwanda pendant le génocide. Alors qu’il roulait lentement dans les collines luxuriantes près de la frontière congolaise, face à un flot de personnes fuyant dans un nuage qui sentait la peur et la mort, un homme a tenu son petit bébé par la fenêtre ouverte de la voiture et a supplié le journaliste de sauver son enfant. Le journaliste n’a pas pu le faire et ne l’a pas fait. Non seulement il se dirigeait vers l’épicentre du carnage, contre lequel l’enfant devait être protégé, mais il devait aussi faire un reportage sur les meurtres qui se déroulaient encore. Grâce à ses reportages sur la radio publique allemande, des centaines de milliers de personnes ont su ce qu’il s’était passé.

Il est certain que tout journaliste devrait idéalement faire preuve de compassion et d’empathie. Et le journaliste allemand se demande encore aujourd’hui ce qu’il est advenu de ce bébé, qui doit avoir maintenant une vingtaine d’années – c’est-à-dire s’il a survécu.
Le directeur général de la maison d’édition Axel Springer, Mathias Doepfner, lui-même ancien journaliste, a récemment accusé de nombreux professionnels des médias d’être poussés par leurs préférences subjectives, plutôt que par la recherche de la vérité. Il a déclaré que si le journalisme ne pouvait plus être différencié du militantisme, cela en signifierait la fin.

Ce que décrit Doepfner peut être adapté à n’importe quel endroit du monde. Nous assistons de plus en plus à un journalisme qui ne fait que réagir aux événements, plutôt qu’à un journalisme qui reflète, un journalisme qui initie des débats. De plus en plus, le journalisme tend à confirmer les opinions supposées de ses lecteurs, téléspectateurs et auditeurs. Il existe une culture d’impunité croissante parmi les gens des médias, car l’attitude qui prévaut est que les absurdités qu’ils écrivent aujourd’hui seront probablement oubliées demain. On trouve ce genre de journalistes en Europe et en Afrique, et il y a sûrement de nombreux exemples ailleurs. Cette culture ne sape pas seulement la crédibilité du journalisme, elle affecte les sociétés qui ont besoin de médias critiques, où des questions délicates sont posées et des alternatives au statu quo sont discutées.
Bien sûr, il y a ces journalistes, selon les entrepreneurs des médias en RDC et en Ethiopie, qui ont choisi le journalisme parce qu’ils veulent devenir célèbres et qu’ils ont de jolis visages. Un ami éditeur éthiopien dit qu’il n’embauche pas dans les écoles de journalisme de son pays ; il préfère les jeunes qui ont vu et vécu la vie réelle. Il y a, par exemple, une jeune femme éthiopienne qui était auparavant avocate mais qui a choisi de devenir journaliste, car elle a découvert que la justice peut également être rendue en dehors des tribunaux.
En Afrique australe, nous assistons à des évolutions qui font que l’on se demande si les journalistes ne se sont pas égarés. Lorsque des écrivains qui se disent journalistes d’investigation fouillent les poubelles de dirigeants politiques qu’ils n’aiment pas et découvrent des préservatifs usagés et des bouteilles de champagne, la question se pose : et alors ? Cela n’en dit-il pas plus long sur le journaliste que sur la personne qui a jeté ces objets à la poubelle ?
Pourtant, il existe des exemples impressionnants sur le continent africain, où, malgré la répression, les maisons de presse s’en tiennent à leurs convictions journalistiques d’impartialité. Au Nigeria, le Premium Times a rapporté les meurtres de manifestants pacifiques de l’Anti-SARS (Special Anti-Robbery Squad) de manière très concrète, sans montrer aucun signe de rage. Et de l’autre côté du continent, le site swahili JamiiForums en Tanzanie a couvert les élections (truquées) de fin octobre avec précision et calme, donnant la parole au président sortant ainsi qu’à l’opposition, rapportant les arrestations de députés et d’autres personnes de manière responsable, peu importe ce que l’auteur a pu ressentir lui-même.
Un journalisme bon et crédible ne peut être de la propagande. Et les journalistes ne peuvent pas être des militants, quelle que soit la noblesse de la cause qu’ils défendent. Si le journalisme crédible doit survivre, les militants – dans les salles de rédaction et sur les écrans de télévision – doivent cesser de prétendre qu’ils sont des reporters travaillant pour le bien commun.

AUTEUR : M. Christoph PLATE est le Directeur du Programme « Médias Afrique » de la Konrad-Adenauer-Stiftung, KAS, résidant en Afrique du Sud.
L’article a été publié en anglais en prélude à une conférence internationale sur le sujet « L’entreprise de presse face à la covid-19 » à Abidjan du 23 au 27 novembre en coopération avec le Programme Régionale pour le Dialogue Politique en Afrique de l’Ouest de la Konrad-Adenauer-Stiftung.

Journalists have to be seekers of truth, not activists

Visits: 297
Likez et Abonnez-vous à la Chaîne YouTubeCliquez ici
+